Conseils santé du végétal

Plusieurs cas de pourridié-agaric sont constatés dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var. Dans le Sud-est, l’armillaire couleur de miel (Armillaria mellea) est prédominant. Il s’attaque à un très grand nombre de plantes ligneuses.

Les plantes infestées montrent des signes d’affaiblissement et finissent par mourir. L’armillaire se caractérise par la présence de mycélium blanc sous l’écorce des arbres, au niveau du collet ou des racines. L’observation de ce mycélium est plus ou moins visible selon le sujet, le niveau d’infestation et la date d’infestation.

La maladie se développe dans des conditions de sol extrêmement variables (humide, acide, calcaire, sec, battant…). Par exemple des sols battants, arides ou compactés peuvent affaiblir les plantes et ainsi faciliter la pénétration du champignon. Les blessures du système racinaire constitue une porte d’entrée pour l’armillaire.

Il n’existe pas de méthode de lutte universelle contre le pourridié provoqué par les armillaires. Le grand nombre de méthodes qui ont pu être essayées montre que chaque méthode abouti à une efficacité seulement dans des conditions particulières. Par conséquent, la détection de pourridié-agaric nécessite un diagnostic sur site de façon à adapter les mesures du lutte appropriées. Le but est d’intervenir très rapidement pour éviter la propagation du champignon et ainsi préserver la qualité esthétique des plantations du jardin et des espaces verts.

Il existe des listes (anglaises et canadiennes) de plantes ligneuses sensibles et tolérantes, cependant les informations sont à prendre avec précaution car elles ne sont valables que dans une situation géoclimatique précise.